M                                novembre 2000 > avril 2001                 noir autoroute parebrise graisseux le tracé des phares blancs la forme de sa poitrine nue de profil avec le téton le téton enfle désenfle tù tù tù clignote quejequejequeje les jeunes prostituées noires en jeans et nike petit déjeuner à barcelone vers 6h du matin elle qui ouvre sa chemise juste avant avant n’importe quoi cinémacinémacinémanéma avant elle avoir à dire moi marquer les petites histoires en pensant à emmanuelle du côté des anges il faut que jequeje qjqjqjqj silence rupture un point avale le mal/mot avaleur de mauvais mots méchants mots à terre à terre les mots tocsin à terre à terre à terre j’ai pensé à me gros plan gnagnagna gnagnagna
M
frelaté périmé caillé dégueulasse jaune écrasé défectueux vert quignon tourné langue épaisse et rassis pou puce tique la langue épaisse d’entre les lèvres haleine pâteux filandreux sec fatiguée harponne mouche vers asticot mouche cafard épaisse et dure vers l’autre desséché bouche plastique déshydraté renversé paillettes une flaque urineeaujuspelures mâché craché craché vomi détritus essuyer la bouche  décomposé  la  langue  fermenté  encore  appuie  force  les  lèvres vers  l’autre ouvre ordures film froissé flétri barquette tourné trempé  passé  bouteille  crème  sur  mûr saur pourriture  gras  tendon  moisi  pelure  peau trognon  pâle  emballage  pot  livide  junk  décoloré  poubelle  déchet  triste  papier  cuit  restes  blafard  blet  racorni  rance  facile                                   junk                  
M
allongé au milieu de la route à quatre pattes devant ta porte à sonia un haïku version despentes “ce que j’ai préféré emmanuelle en plein jour 4par3 fly est ce que ça vaut le coup ? règle n°1 ne pas emmerder une nana qui a ses règles elle va se calmer la pétasse la névrose mes plus beaux exploits c’est la finfinfinfin petite chanson pour petite fille gambade petits sauts à la campagne où tu as mis le noir les clés derrière la porte petit voleur pied de biche au pied du lit danger pour le quiqui les grands de ce monde tout en nostalgie strass brune un blouson de cuir et une robe de soirée écrire jouer va 'l' je vous emmerde en c’est le titre cette fois-ci les derniers mots d’agnès l’irréconciliée le satin n’ôte n’enlève pas l’odeur de la merde 2 mn flb falb  bats  la  bala  balla blalablablagueueuggu gu  u  gu  u  guu  fffle  fl  fl  fl  fly  vole  vole  vole  envole  quitter  écraser  l’histoire  plus qu’               une ligne étirée plate très plate aplatie sans émotion terne simple avant avan a qui n’existe pas une ligne courbe simple lisse douce amoindrir écraser une ligne étirée plate très plate aplatie sans émotion terne simple avant avan a qui n’existe pas effacer non pas effacer aplatir arrondir amoindrir écraser une ligne courbe simple lisse douce un sourire les toxines pissées d’au moins avec 1 litre et demi ça a commencé là tampon adressé sur le sein gauche accroupie à 4 pattes mâche le parechoc essuie la pisse sur le visage casse le verre rouge amer julienblainejet’aimejulienblainejet’encule les mecs à chier qu’ils arrêtent un peu oui oui ouah ouah ouah ouah j’aboie pendant un quart d’heure je ris allez voir virginie en culotte place de la comédie enfiler la jupe en coton d’édith petite petite à fleurs la police les 3 tu me fais un striptease là là là mais tu déconnes moi et le le sexe !? tu l’as vu où cette histoire la pudeur vers deux trois heures chut il parle ah je vous emmerde le 1er qui est pas d'accord écouter écouter écouter écouter entendre ça le dire moins fort presque le chuchoter la vie à chaque fois fait mal pile entre les 2 seins dessous sternum estomac quand c’est pas trop douloureux ensuite la gorge sous les maxillaires (glandes lacrymales ?) —définition là cette fois c’est anus déchiré hémorroïdes —définition sang bien rouge frais clair sur le papier côté cul verso et sombre épais presque noir côté recto la bave à terre à terre à terre à terre taire tai re  lili  a du souci elle s’ennuie elle a fait pipi ledireledireledireplusieursfois le répéter le dire machine à exhorter exorciser exaucer des putains de belles phrases putains des putains de rayé phrases rayé tue tue ponctue allez laisse tomber non j’en veux j’en veux à tous tous tous et le premier qui m’emmerde je lui mets mon poing sur la gueuleou un genou dans les couillesou j’aboie j’aboie j’aboie ou un genou dans la gueule les couilles ou un coup de latte la gueule les couilles  avec  des gros écrase merde n’importe où ouwouwouwouwouwouwou le vieux chien au portail du voisin à 4 pattes d’en face rouge gribouillée de rouge à lèvres —la marque sur tout le corps l’effet du mal mot saigneture de la peaupelure pleure le vilain le vilain qui a mis sa langue sa quéqué sans permission le voleur raffaëla viens leur faire caca dessus y en a encore amies jusqu’à même si ça finit mal voilà ça finit mal mais cinécinéma pas mal à revendre tu parles sitcom j’ai triché j’ai pas mis d’or dans ta bouche (vagin ?) —définition pièces en chocolat qui estce estce estceiiiiii  i i  ii  ii   (100pour100 synthetic hair révérence -légère état actuel revoir les positions au sol le siècle douleur le siècle douceur my shoes my fut my t-shirt stop cravan feedback)            
M
vendredi soir h&m aux halles à paris un gros mec l’am pince les tétons d’un mannequin torse nu là l’extrait du dernier email à bastien ovidie je veux bien t’écrire un paquet de conneries sur les corpscuisses stéphanie met sur ma langue 1/2 e à 08h30 du mat je sais plus où after freshly cut métal ange exterminateur emmanuelle fait silence les filles aiment quand je pose en pressant mes bourrelets non stop “ne sacrifier aucun possible, laisser la vie les sacrifier pour lui, à mesure” * d’autre passion que celle d’être * donc ne pas se consoler de cette amputation et, au fond, la refuser” le sourire de bastien le 26 novembre coller des pièces de monnaie sur tout le corps écrire (au) rouge à lèvres sur une toile 2x2 des tas de conneries habiller diane de latex incolore stéphanie colle des paillettes multicolores en forme d’étoiles sur mon buste taché de bièrefauxsangrougesàlèvres—tati la transpiration les chiottes en haut sur la mezzanine il m’ouvre d&b heinekenpétard bièreshitecsta coupé cisaillé un moment-objet taz d’h.bey objet AE la ZAT enfante son souffle sur la nuque pressé corps face contre corps face file moi du fric je t’emmerde file moi du fric le corps est recomposé ça coûte cher des restes de vernis or sur les ongles de face on a l’impression qu’il dort air serein comme assoupi verso de dos plus de peauchair tous les organes en bouillie passés au mixer plus de poumonscoeurestomacfoieratepancréasintestins de la pâtée plus d’os colonnevertébralecôtesbassin de la pâtée les hommes à terre il est allongé propre sur la terre forêt vert lumière or et vert peut-être vers 17h l’automne en caleçon blanc
M
bon c’est son mec et il pose au lit en forêt son caleçon blanc cadré comme si elle allongée elle aussi au père lachaise celui sur lequel on vient s’allonger est habillé en ce moment m’allonger au milieu de la rue si je m’allonge les yeux fermés au milieu de la piste ceux qui dansent dans le lit de quelqu’un que je ne connais pas un magasin à la poste mademoiselle au rayon vaisselle le rayon le plus sexy coucher de soleil rouge homme blanc brun costaud bien en chair lespiedslespieds la position des pieds ce n’ c’est pas vrai attrapé il vole les pieds la voix est onomatopée de l’arme à feu les filles les femmes au bic rouge ampoule 60w pëndha avec le pain au chocolat laisser aller là t’es pieds NU 205108 t’es mal rasé aimé ton corps face contre mon corps face ton string est pailleté ? ce que j lui foutre sur la gueule les 2 sont fait !! éhhh pis pouf -... L727910 grosss gamelle !!! je crois que je me suis déchirée le caca ton lacet est défait je crois que je disparaître minette a peur de flat râpé les joues râpées râpe à fromage à la maternelle isabelle celle prince prince mon frère prend la photo pleure va te faire foutre l’homme ton crescendo boum boum un piercing au clitoris pour suspendre broder vif sur la cuisse implanter 1cm2 de poils sur le visage les teindre en rouge cerise dans un photomaton avec caroline flash sur un poireau dans mon cul françois victor m’envoie 500 balles je glisse des pièces d’un franc deux francs dans au bord du vagin stéphanie pose un morceau la pilule entre l’index et le pouce la pilule qu’elle introduit dans ma bouche injections de collagène tracés violen et coups violents de rouge à lèvres—marques sur la toile 2x2m tu lèches l’oeil et les larmes du crabe géant laurent 10 double cheese moi dans la carcasse autocollante et klaxonnante yes le personnage est dans la poche sur disquette attendre le jour pied de biche au pied du lit amant texto amant email amant d&b les soirées dangereuses alcool je marche à 4 pattes devant ta porte mettre la main dans la culotte essuyer ce qui sort des lèvres lui foutre sur la gueule celui là est au sol etxet quitter les filles 0616341844 cadrer montrer le sexe étirer le clitoris épiler tirer les lèvres grimaces une bouteille de champagne la salle de bains natacha et c’est là il y a ses lèvres en premier plan sans rouge à lèvres gonflées écartées laissées l’oeil noir encore ailleurs de sa peau sur tout l’écran l’aréole érigée jetables tracé au bic obscène sur son ventre K feutrée dans son salon échange des billets entre des avec le blanc les filles aaaaaaaaaaa 7 novembre 2000 pas de chauffage hoquet fuck salive dehorsdedans crayonner soupir dessiner une bite en érection au bic bleu trait sur trait petit robot estcequejesuis téléphoner (arnaud labelle-rojoux dit que je ne sais pas passer un coup de fil) petit natachaovidielaetitia christine stéphanie diane édith K caro sonia anabelle elsa céline isabelle julie virginie cocher             
M
 à 14 ans hassen et david me proposent de baisercoucher avec (d)eux chez une copinecaroline ensemble à 18 ans ce mec brun dans le train aux chiottes vivre un mois dans un espace de 4m2 avec un matelas et un pot de chambre carton au sol sur les murs et crever de faim commandé 4 sets de table à alejandro digital diary de natacha meritt éd. taschen 157,50 f vendredi prochain soirée pyjama chez paolita non. Paris -s’il te plaît -quoi ? -tu mens -non -Ah 18/11 00:43 oooh je m’ennuie m’ennuie tttoi hors la nuit !!! comment es tu à paris ? serre les fesses... t’es mal rasée tatouage électronique dans la zone du coeur dock enterré dans le jardin de la cave coopérative des larmes pour le premier chat premier sa langue râpe le clitoris-réponds -fatigué -... -prends moi -ailleurs -parsles filles avec des perruques synthétiques des amoncellements de boutons de petits diamètres contre lesbas murs une vieille chambre d’hôtel abandonnéelaissée le dessus de lit à franges plein de poussière une descente de lit en carton le hall de gare l’aéroport dévaler en roller les collines pavées du hall de l’aéroport brique sombre au guichet rencontré récemment une très belle femme d’environ 45 ans blonde sténographe de conférence en partance pour la chine valérie habite en hlm caroline sa mère est professeur de philosophie mes copines isabelle bon  valérie qui habitait un hlm et déménage caroline caroline chaussettes burlington jeans délavés polos lacoste pastel au collège qui me dit un jour que la new wave arrive une cassette de u2 je dors chez elle sa mère professeur de philosophie n’est pas là on sort en boîte au dandy elle ne me parle plus depuis que son ex a essayé de me rentrer sa queue en moi contre en plein jour debout derrière un supermarché souvenir d’un fou rire dans 'la petite ville'elle coupe au carré hlm en stop dans le gers pour danser sur tonton macoute-mariepierre et sylvie  -hélène  -caroline  -genève -?annève -édith les visages sœurs  
M
pas de sperme s’il vous plaît soirée pyjama chez paolita conserver les ratures iris ava paolita stéphanie caroline sonia et et célia hélène mélanie stéphanie a une idée penser à hirschorn entasser des du des carton dans la voiture conforama vynil scotch 2 rouleaux de scotch d’emballage 1 fragile torturer iris fragile rouge à lèvres des filles petites cochonnes font leur petite maison (un extrait de carlotta ikeda que je ne connais pas en robe longue lui en place publique mains bras entourant le torse berçant mains entourant la tête corps élancé vers le ciel versé au sol renversé homme courbé herbe au vent rafale retenant le sol insecte accroché face vent rafale)                                                      éviter le point le point à mort la virgule ou l’espace les hommes en costumes de laine regardent le visage des femmes et leur cul l’homme qui m’a rétrécie regarder les hommes leur visage puis leur sexe ? tourné vers l’extérieur lolo 20510800 addntoxxx épée à gauche clé sur un des gardes devinettes maudith mentir pour fhjull retourner à la carte précédente récupérer l’obsidienne dans la fente après le combat parler à fhjull maudith regret portail de crânes vers l’ouest le long des rochers un endroit entre les pierres portail clé de l’obsidienne autour un tesson dans la bouche mordre et coupe la langue o ooo o euhm euhm... y o ooo o c’est lui sa bouche vole au cou et puis ses mains ouvrent le corps effet morphine alcoolextaherbe en continu parler avec les filles aux chiottes les larmes aurore à travers les baies vitrées hiver ciel électrocution hiver morsure les caresses des doigts sur les paumes et je ne peux pas le 261200 euhm euhm... vendredi 5 janvier 2001 vapeurs eau chaude une lèvre plus grande son n° de téléphone eau chaude cd poils rasés collés aux bords de la baignoire je n’arrête pas de je n’arrête les lèvres me voler silence chimique 0674451195 i’ll explain ce soir je sors avec x es tu là ? je suis là naked je suis là clothed tristesse solsolsol accrochage à l’aide ! déduction ? les filles au wc icônes matin hiver gris perle là le mail à stéphanie chercher le garçon              larmelarmelarmelarmelarmelarmelarmelarmelarmeputain fais chier casse toi inspire c inspire h première nuit sofa les tourments plutôt que rougeàlèvres les lèvres couleur colorées les couleurlèvres maquillées rougies grimées etc lo m’emmène encore putain laisser 06 d’un enfant 11 à la caisse 15 une boîte de préservatifs bientôt 15:24 gare de lyon voie j tgv voiture 17 place 23 juste avant le départ (après american psycho) quelques instants une fille qui désire /être/finird’être/ absolu la victime d’un psychopathe la langue autour de la queue langue relevée héroïne inspire et soupire gommage doux purifiant peaux sensibles avène masque thermal purifiant à la boue thermale vichy eau thermale avène stérilux thermal s mat vichy sommeil majeur droit sur clitoris et erreur de 0,70 ff sur vi ndf vb viviane ouvre la porte avec ses yeux aplats béton et touches glacier impressionne elle parle sa fille sa dernière création à tarascon à avignon avec des gitans son futur mari julie depardieu avec qui elle vient de jouer femme à la bouche élégante gamine vociférante laisser aller avec sam ashley alexandre p. m’offre une part de galette des rois bastien hier oreille droite inscription viviane à 26 ans à peau fabrique les femmes deux millions avec douze ans et un hôpital livres entassés équilibre mtoumfgerbautgirbaud un café elle à les attendre une heure deux heures trois heures quatre heures cinq heures six heures matin salle d’attente hôpital un taxi un escarpin talon aiguille rouge un gant aragon 3° version brûle l’heure en femme douleur vierge bras d’honneur cigarette entre lèvres étirées de rire vous avez un nouveau message wc tgv enregistrer l’accélération les stridences le broyeur et les rails écraser l’envie vider être en dehors la peur parce qu’elle ôte -par la perte du monde- sa vulgarité au sujet ordinaire et l’ennui parce qu’il atteint un résultat similaire par la perte de soi et tout deux parce qu’ils font déraper l’existence quotidienne et l’incitent à méditer sur le côté monstrueux de la situation fondamentale, l’être dans le monde en tant que tel (sloterdijk/heidegger)
M
tu suces ? tu aimes ça ? dans les wc du tgv je chie et je pense merde la position si l’accident wc chez pëndha je chie et je pense merde la position si le tremblement empalée colonne vertébrale je vais de trottoir en trottoir croiser disparaître oublier langueur le souci du justevraifidèle changer d’avis la contradiction erreur système attraper le mal d’amour des contes de fées flat mange du plastique 701037 c’ke tu ve ! mé si c nous 2 filles obligatoirement lu... 3 qoa ? 1f+2g ou 2f+1g ? ou 3f ? j’ai des king size mon ange do u want l’hôtel le + cher ou le voir me faire jouir jetesuce c’est dangereux mon portable dans l’eau du bain si drug&sex dans ma bouche tu fais mal silence durfroidlisse putain chaque larme sous la langue langueur glacée métallique espérant que chacune poison taise le manque douleur mordre je vais de trottoir en trottoir une trace de toi floue en pose b insaisissable pâle bleuté la langue autour de la queue relevée héroïne inspire et soupire mle coeur implose et la tête se perd amoureuse amoureuse tellement belle soirée vendredi 02 février 01 03:45 tôle froissée taillée lacère la cuisse juste au-dessus du genou coupe la peau le muscle écarte la chair le moteur propulse le tableau de bord contre côtes brise éclats de parebrise claquent à la joue hématome oeil révulsé filet de sang à lèvres les miennes déposées corolles là entre le monde urgences glisser hors l’oxygène inspire corps encastré aux bords de la main givre et velours ouvre la bouche ah non ha lucille in the sky with diamonds in the silk with devils xxx maybe 2moro night, xxx .l obsession obsessionson corps nu effleuré pâle bleuté autour du mien ce désir au fond de finir se dire les secrets cette nuit baiser vrilles mordorées et larmes mascara ça va mieux dormi quatorze heures ce week end drug&sex dans ma bouche je rentre du sexe avec une danseuse wc bar marseille je chie et les murs sont rose fushia soleil tendresse allongés et paillettes pour la semaine merveilleux onirique tu n’as pas fini pas fini de m’ouvrir pas fini de me finir arrachée manquée je perds enviedetoi j’aime h sensuelle enveloppe objet caresse initiée pucelle novice noyée à l’intérieur morne gris je perds jour bouche et rêve jepenseàtoi encore je suis triste une nuit là simplement bouches sans mot douces affamées la laisser aller partir échapper circuler revenir que veux tu finir elle dit rivière perle larme veine gélatine 202 rigole loup y es tu m’entends tu les rêvessatin wc algeco bernardines marseille je chie et je me sens en vacances avec cette odeur de sanitaires de camping m’entre à 11 ou 12 ans le garçon qui met son doigt au bord du bal au sol de bon encontre l’italien qui va me violer qui me propose du fric juste avant l’escalier la porte le couteau la gorge en devenir pute payer l’héroïne qui pose le vagin au creux des paumes au bout des doigts qui pose le néant à l’intérieur descendre te lèche l’extrême les couilles coincées dans leur fauteuil je peux aussi faire du pump et dans un an mon cul ramène la monnaie prévoir le staff esthéticienne coiffeur styliste i love to be my own  enemy  do  you  want                           some                     dollars                                   ?   kissmefuckmekissmetouchmekissmefuckfuckmekisskisskiss.................................................................................................................................... dis    moi    si    je    te    dois    les    rêves satin    sept    jours    à parislondresamsterdamstockholm ne pas arrêter de partir dans une demie heure pasnepasavec soleil eau et douces substances caresses je ne dors plus je ne suis éveillée qu’en ce que j’aime et désire jusqu’à la terreur (hb) i use the enemy elle m’apprend à rouler à la marocainelà la lettre à guillaume08:00 dimanche 11.02.01 wc at home je chie sous l#emprise du lever de soleil et des chants d’oiseaux quelle nuit !!! *e.! girls are out *** +++ ! ok pour un ping pong i’m killed by the enemy les mots vents l’intouchable lui me fend un étudiant vend son âme aux enchères sur le net il en a obtenu 2500 francs ça rapporte plus que la baise bain weleda citrus je pisse trop d#e me brûle la peau du ventre photo au mur cheveux sur la moitié du visage éclat vert de l’iris je de en train de je deviens plomb atome vertige toi larme la mécanique des femmes je souris avec .l en pyjama bougie magenta tu vaux un franc jepenseàtoi je penseà toi etc dans l’eau l’enfer des armes de tsui hark au fond toi dans l’eau mes mains multipliées ta peau en allers retours douces furieuses   toi          dans          l’eau         tendu 02:00 chez sylvain édith assise au bord du lit bombé de pulls vestes sacs songe escarpins noirs bas résille jupe noirs jupe noire l’oncle la veine de l’oncle sa tête éclate le noir en pleine nuit orteils au bord des pédales feu palettes en palettes feu palettes jetées au feu au bord de l’étang les caravanes avec platines les pilules croquées avec les filles sommeil bavardages VIVE LE ROUGE A LEVRES les femmes n’aiment pas que l’on tourne leurs tétons comme des boutons de radio -jennifer lopez ciné télé du 03 février 01 j’aime bien aussi quand tu mets du rouge sur mes lèvres dévorante jedorsavectoi au -lit le -chat contremoisouslesdraps dontmove @om/atom quand / j’ai vu son cou se / briser et qu’il avait / déchargé au lieu de / s’écrouler dans les / garçons verts comme / la nature des choses / le voulait / des crabes / chauds... -triste de toi my brain is washable encore du bic aux chiottes la nuit conter dégorger s’épouiller lundi 26 février 2001 après-midi occupation sauvages peux tu me payer un homme pour 2h de ménage et 50 rouges à lèvres rouges fumée slow avec lo avec autre cho slo dimanche 4 mars journée au lit à lire colette terne à me branler un moment la chair tourne et accroche -les manèges avec un jeune beur décoloré pose son joint entre mes doigts reste là danser du feu l’encre sous la peau de lo sortir avec rêve du 060301 première odeur toucher lui peau cheveux courts décolorés la sensation ennvireennivre habille dedans REVE DU 06.03.01 /NOIR/ LAURENTENCOSTUME /NOIR/ DE VILLE /JARDIN/ MONOLOGUE /IL/ UNE FEMME /COUR/ NUE SA PEAU /DEBASENHAUT/ SE COLORE /SABLIER/ EFFET VIDEO tu regardes la télé ? tu manges ? je dors dans un lit près d’alès je suis avec aida et nous devisons sur nos amours tumultueuses je suis au lit ... au lit clouée à
M
coeur une putain de contraction/contracture crampe intercostale un chat ronronne je manque de médicaments envie depisser gauche pincée à chaque inspiration chaque mouvement antidouleur rêve tout ça pour ma dernière surprise party tête folle je loue un moment avec toi pour tracer le monde une fois peau métisse pâle peau que fais tu avec 300 soft molotov cocktail heureux et charnel un soir un garçon je lui chuchote à l’oreille ton fantasme de moi par terre il a fallu le mettre à terre la fête des fleurs rouges mains liquides pressant les seins un millier d’enfants shorts jupes et tshirts blancs petits points les foulards le stade la musique ? j’écarte et tu vois la pisse j’attends la forme la couleur l’emplacement rien à part jouer aux cartes tirer la langue soupirer plusieurs fois filmer et réciter l’alphabet j’ai aussi imaginé ma langue autour de ta queue toi affalé sofa tes amis par là jouer à madame la marchande avec K aller dans les salles de bains avec lo surtout la nuit lorsque le corps transpire 160301 maïakovski use ses semelles les lettristes dérivent à paris panique avance droit par delà les gratte-ciels noctunes équivoques /strangulation sig sig sputnik lésion plaie noyade asphyxie hématome strangulation/ ne pas dire non faire non sentir non vivre non être être non la question de l’isolement passif de l’individu café select à bale entre deux avions an american psycho boy on the left sinon very common people vétyver rogergallet fleur kenzo j’adore dior je pue 10 kg de livres le témoignage à l’état pur de ce qui manque se masturber dans les wc de crossair atterrissage imminent im in love with . girls . boys . bars . clubs . streets . moreover when im out . in bln . or with u . or lo . s . c . b . j . chaleur à tshirt un dimanche au mois d’août JArriwe dfdededewwxxtuttuttututtutprprllJjj /alternative et affirmative culture/ /affirmation et subversion/ 3/3 .lc