myrtilles.basdébit

 

13/9/2009

versus

envoyé par: — admin @ 6:57 pm

8時すぎにスタート。地元の若者がたくさん集まってきました。なんか高架下のアートセンターというのはSFチックな雰囲気があります。それに電車が通るたびに轟音が天井から響き渡るという特殊な会場です。ラップトップの激しいノイズミュージックの演奏が続く、各20分〜30分と短めに組まれている。 Recyclartの企画スタッフでもあるLucille Calmelのパフォーマンスがまさにパンクというべきか。彼女は詩の朗読をしながら、自分の素腹にマチ針を何本も刺していくのでした。 10時頃、いよいよ自分のソロ。ざわざわしていた聴衆も集中するにつれ静かになってくれました。時差ボケの影響でちょっと声がコントロールしにくかったりもしますが、なんとか調子を上げて悔いのない演奏ができました。ほっ。

8 start heures. Ont recueilli une grande quantité de la jeunesse locale. Que la SF Art Center situé sous le quelque chose d’élevé atmosphère tiques. C’est un endroit spécial grondement retentissant du plafond à chaque fois qu’un train passe au travers. Suivi par la performance de bruit intense de la musique portable, chaque 20 minutes à 30 minutes, c’est court formé. La planification du personnel a également Recyclart Lucille Calmel ou plutôt la performance très punk. Une lecture de poésie, tandis qu’elle était dans un livre fera une ponction à l’aiguille dans l’estomac Machi son Premier.
10 heures, enfin mon solo. Comme l’accent se tourna vers moi et le public était calme et bruyant. Mais parfois un peu maladroit pour contrôler les effets de la voix de décalage horaire ne peut être réalisée de façon satisfaisante réussi à élever le ton. Seul.
(haco -avril 2007)
.
I left my camera over on the other side of the room during the performances – a long-standing tradition that dates all the way back to the Krikri 2002 festival. But Svend was filming so hopefully I can upload part of the film sometime. ItLire la suite’s a pity because Lucille in particular had an incredible physical energy during her reading: crouched on the floor with her Mac, making live recordings by scratching her fingers across the back of it and spitting on the case to make squeaky noises with her fingers, it is the best of her performances I’ve ever seen, online or off. The performance was based on Mina Loy’s Lunar Baedecker (the poem that also inspired Michelle’s work and provided the title for the exhibition). She read phrases at random from the original and the French translation, recording them live and replaying them in overlapping loops. I’ve never seen her give such a quiet performance, but at the same time it was full of restrained power, fireballs held down in the balls of her feet.
(helen white -mars 2009)

7/4/2009

envoyé par: — admin @ 2:30 pm

la littérature électronique et le corps

Eprouvant physiquement l’entre-corps de l’écrivain et de la machine d’écriture en les plaçant dans un rapport actif / passif proche de l’ébat sexuel, Lucille Calmel nous fait sentir le lien désirant et co-extensif qui unit la machine et l’homme.

emmanuel guez

31/3/2009

envoyé par: — admin @ 12:37 am


Get a playlist! Standalone player Get Ringtones!

28/3/2009

LK

envoyé par: — admin @ 11:38 pm

Aujourd’hui à 17:53

je lis en ce moment x-reseau, blog - - - - quel chant dans cette voix, mmmmm, ton blog me fait penser à cette contradiction (paradoxale) qui ne se résout qu’en couper la parole, mais c’est là le hic, que la parole de la voix s’inscrit en cette même coupure, et peut la rejouer par l’avalon (car elle est en aval)…. Le contexte est avalé tout cru afin de météore cette voix devenir…… Ou, alors on reste Mallarméen c-à-d dans une tristesse de l’appareil (organe, organon, orgue)…. - - - - - - - ) qu’est-ce que ce grand vide, n’est-ce pas ? je continue lectures et divagations….

Aujourd’hui à 18:30

hahahahahahahahahahahahaha

hahahahaha bises

12/3/2009

envoyé par: — admin @ 8:32 pm

Jack t’aurait sûrement dit que tu n’es pas dans une esthétique de la confusion… Ce n’est ni confus, ni brouillon, c’est une esthétique de la collusion, peut être un peu aussi de la coercition surtout lorsque tu cèdes aux demandes de tes/des spectateurs.
Radicale, tu l’es sans nul doute surtout lorsque sur scène, tu expérimentes patiemment, maladroitement parfois en jouant avec les règles qui ne sont pas les tiennes mais celles du théâtre, en esquivant des choses inhabituelles sur scène, peut-être tout simplement en investissant sur le plateau les éléments de ton quotidien, celle qui jalonne ton existence.
Œuvre radicale que myrtille.org car existentielle.

cyril thomas

1/1/2009

retours

envoyé par: — admin @ 1:00 am

ON

Lucille Calmel : la sensualité made in Apple >actualitte

JETEDEMANDEDEMEDEMANDER.FR X-RESEAU PARIS-VILLETTE

les liens du flux >poptronics /cyril thomas

Connecter Lucille Calmel >mouvement /gérard mayen

Le petit théâtre virtuel de Lucille Calmel >libération

>france culture /comme au théâtre /joëlle gayot

>télérama

,,,

interview >aliens-cafe

TEXTES EN LIGNE

We_love_ >plexus-s

MonChatBatTropFort >marelle

+ PortraitConstellationTrois

love me t (berceuse) >breaking solitude /panoplie.org & ciac magazine
sud-ouest >onlit

when >zswound


>cu_cu_clan


>verrue


une sorcière, disait que faire l’amour avec un homme >charles pennequin

+ fichtre sapristi bigre diantre (foutrebleu)

>les 70

dans les bois une sous pluie à genou feuilles genou grasse tourbe mâche >nuls

Vingt et une  >revue ambition

finitude >sos-art


+ cutanee

+ rituel
new york >flux factory
>borderline

Dispersion forcée d’une idée fixe >ressources

+ lover_dose (tremble de sol) + séquence horizontale

effacer lucille calmel >bad-trip
>hypercourt /éditions ère

SONS EN LIGNE

je parle >eduard escoffet

je ferme les yeux >silenceradio

all the infections that the sun sucks up >manxome

onetoofreefor
compost >erratum /antoine boute + joachim montessuis


+

+

Living Room Two >meatronic

>browsers in arms

0.134